Le fil, ténu
qui fait dans le jour
toute la dentelle
des rêves.

 

Les plis, les courbes
dans l'orbe du visage
toute la fragilité
du monde, le désir
qui suit la lumière
des femmes en allées.

Hier, quelques générations, et ces coiffes partagées dans la vie des gens sont devenues aujourd'hui des objets signes d'un temps et d'une société perdus. Mais ce qui fait la puissance d'un objet, c'est ce qu'il suscite en nous, dans ce qu'il mêle de mémoire et de regard contemporain.

On peut rêver sur les coiffes longtemps, amoureusement, décliner bien des histoires, des rencontres. Deux exemples :

Rêver sur les marottes

Les marottes servent à dresser les coiffes, à les présenter. Mais à elles seules, elles déclinent un univers délicieux.

Les coiffes, comme un chemin...

Peut-on comprendre un objet de mémoire pour aujourd'hui, sans reprendre le fil du temps ?