Il s'agit d'une ancienne forme de coiffe dérivée de la cornette dont les barbes ont été relevées sur le sommet.

Petit à petit sa taille a diminué et elle a été remplacée par la coiffe dite carrée qu'ont préférée les jeunes générations. Elle ne couvrait plus que la tête des vieilles femmes. L'architecture est de type béguin.

Descriptif et assemblage

Dans une bonnette de coton, un carton en forme d'écusson dessine la forme générale de la coiffe. Pour ce modèle décrit, le plus récent, la barbe étroite laisse dépasser la passe de la bonnette à l'avant de la coiffe. Cette passe est bordée de guipure ou de broderie mécanique. Le fond, brodé ou doublé d'un tulle brodé, est dissimulé sous une mousseline très finement plissée.

 

Avant du capot de Foussais
Capot de Foussais
Arrière du capot de Foussais
Arrière du capot

 

À l'avant sur la large passe de la bonnette, une bande de mousseline unie, bordée de dentelle paillée à chaque extrémité, est doublée d'une autre mousseline pliée en deux. Ces deux bandes se retournent pour se croiser sur le sommet plat de la coiffe. Pour bien marquer la ligne droite sur la coiffe, certaines lingères glissaient un fil métallique dans le repli de la mousseline à l'intérieur de la barbe.

 

La bande de mousseline
Mousseline bordée de dentelle
Détail de la mousseline
Pour marquer la ligne droite...
Fil métallique glissé dans la pliure
Détail de la passe à l'avant
Détails

 

Variantes

L'appellation " capot reviré ", qu'on trouve aussi sous le nom " coiffe à reviri " serait attribuée au modèle dont les deux côtés de la barbe se replient de part et d'autre de la base de l'écusson, tandis que, dans le " ramponneau ", la barbe se replie à la naissance de la passe, laissant la nuque apparente. Le ramponneau était à l'origine une coiffe de grande cérémonie.

 

La barbe, repliée à la base de l'écusson
Capot reviré de Foussais
La barbe, qui laisse la nuque apparente
Ramponneau de Nieul

Appartenance sociale

Il existait une version de demi-deuil en mousseline unie, portée aussi les jours ordinaires et un modèle de deuil avec un liseré de soie noire. Certaines barbes en mousseline bordée de dentelle n'étaient pas ruchées, présentant un modèle plus ordinaire.

La coiffe de deuil, de face
Coiffe de deuil du Marais Poitevin
La coiffe de deuil, de l'arrière
Arrière de la coiffe
Mousseline pour demi-deuil
Bande de mousseline pour une coiffe de demi-deuil
Mousseline pour coiffe ordinaire
Barbe en mousseline bordée de dentelle, non ruchée, pour une coiffe ordinaire

 

Antériorité

Cette coiffe découle de la cornette et les modèles les plus anciens retrouvés sont surtout de plus grande dimension et unis, avec une particularité : la barbe très large est solidaire du fond plissé, elle se replie sur elle-même et couvre la totalité de la passe de la bonnette. Il est très difficile de trouver ces anciennes bonnettes de grande dimension car elles ont souvent été rétrécies pour s'adapter à la dernière mode.


On trouve également des fonds avec une passe large bordée de dentelle paillée droit ou tuyautée. Ils sont soit en tissu fin et fantaisie qui atteste leur antériorité, soit en tulle brodé et s'emboîtent parfaitement sur une bonnette de type capot reviré. Quelques modèles sont bordés d'une dentelle sans ruchés. Il s'agit de la capette, cette ancienne coiffe du Marais Poitevin portée au début du XIXe siècle.


Un ancien capot en tissu fin
Ancien capot reviré
Une capette
Un exemple de capette