Signe des grandes étapes de la vie.

C'est d'abord le bonnet de baptême qui couvre l'enfant dès sa naissance pour le protéger aussi bien physiquement que spirituellement. On protège ainsi l'enfant contre le mal et on le place sous la protection divine.

 

Bonnet N°1 Bonnet N°2
Bonnet N°3 Bonnet N°4
Bonnets de baptême


Ensuite, dans les familles aisées, la fillette porte sa première coiffe lors de sa première communion ou après cette cérémonie.

 

Pour la fillette, à Confolens
Confolentaise de petite fille
Pour la fillette, à La Mothe St-Héray
Mothaise de très jeune fille

 

Cependant, la plus belle coiffe, celle que l'on prépare longtemps à l'avance en en choisissant avec soin tous les éléments, celle pour laquelle on dépense une petite fortune, est la coiffe de mariée avec sa couronne de fleurs d'oranger, signe de virginité, les rubans ornés de fleurs et de fruits, signes de fécondité et parfois la broderie en cœur, signe d'amour.

 

La mariée d'Archiac Détail de la coiffe de mariée
Détail de la coiffe de mariée
Coiffe de mariée d'Archiac avec détails

 

Ensuite avec les événements douloureux de la vie, vient la coiffe de deuil, dénuée de tout ornement, avec parfois l'inversion de certains éléments comme les brides et les barbes. Souvent, les femmes âgées, ayant connu de nombreux deuils, portent continuellement cette coiffe. Nombreuses aussi étaient les coiffes de demi-deuil, sans broderies et très discrètes.

 

La sobriété du demi-deuil
Coiffe de demi-deuil St-Hilaire des Loges
L'austérité du deuil
Coiffe de deuil de Bresdon


Dans la seconde moitié du XIXe siècle, alors que les vêtements s'uniformisent en s'inspirant de la mode des villes, seule la coiffe conservera, un temps encore, les particularismes locaux.