Ce modèle de coiffe date de la fin du XIXe siècle jusqu'au début du XXe siècle

Les broderies du fond et le paillage ou plissage des côtés de la coiffe permettent de localiser le lieu où se portait le modèle.

Descriptif et assemblage

Cette coiffe est constituée par l’ajustement de trois bonnets emboîtés les uns dans les autres, successivement sur la tête de la femme. On a d'abord un bonnet bleu au fond flottant ou paillé en cœur sur lequel est épinglé à l’arrière un carré de papier légèrement cartonné qui donnera la forme au bonnet rond. Deux lacets resserrent ce bonnet qui est recouvert d'un bonnet de satin ivoire paillé en cœur. Deux lacets coulissent à l’arrière.

carre_papier
Le bonnet bleu recouvert d'un carton
bonnet_datin
Le bonnet de satin paillé en coeur

Une toque en velours posée sur les bordures réunies des deux bonnets va venir les bloquer, cette première toque étant ensuite superposée par une seconde toque en dentelle.

toque
Les deux toques, velours noir et et dentelle
tulle
La coiffe de tulle

Le tout est recouvert d'une coiffe de tulle brodée sur le fond d’un semis carré de petites fleurs toutes identiques. Ses côtés sont paillés en cœur. L’avant est bordé d’une dentelle tuyautée au fer formant auréole autour du visage. Deux lacets coulissent à l’arrière. Aux Aubiers, la coiffe est en mousseline finement plissée à l’ongle sur les côtés et le fond brodé à la mode tourangelle: une, deux ou trois grosses fleurs.

plisse
Mousseline finement plissée à l'ongle
broderies
Le fond brodé à la mode tourangelle

Une tresse de ruban avec deux petits lacets à ses extrémités vient terminer la coiffure en se plaçant en cache-points sur la couture reliant l’auréole de dentelle et le fond de la coiffe en tulle. Tous les éléments se terminent par deux galons cousus de part et d'autre. Pour finaliser le montage, il fallait cinq noeuds à l'arrière.

tresse
La tresse de ruban
dentelle
L'auréole de dentelle