Le fil, ténu
qui fait dans le jour
toute la dentelle
des rêves.

Les plis, les courbes
dans l'orbe du visage
toute la fragilité
du monde, le désir
qui suit la lumière
des femmes en allées.

Les types de coiffes qui sont proposés ici – et leur aire de diffusion – sont le fruit d'observations, d'analyses et de recoupements. On aurait pu sans doute détailler encore plus ces familles, mais ce qu'on aurait gagné peut-être en précision, on l'aurait perdu en lisibilité. Et bien entendu, on ne dispose pas parfois de toutes les informations les concernant...

Saint-Maixent l'Ecole et les alentours sont un carrefour de plusieurs influences à la fin du XIXe siècle: la mothaise à l'Est, la malvina au Nord et la créchoise à l'Ouest et au Sud

A l'aube du XXe siècle, alors que le parisianisme progressait, la mode de cette coiffe était à son zénith.

C'est une très ancienne coiffe qui était portée dans l'ancien Thouarsais.

Ce sont les coiffures les plus anciennes connues portées dans les Charentes.

Cette coiffe, appelée également quignon, est une forme très ancienne.

Le terme de Grisette n'est pas réservé à cette coiffe. Que ce soit dans le Poitou ou ailleurs en France on trouve ce nom pour désigner la coiffe de tel ou tel endroit.

Cette coiffe, appelée également quignon, est une forme très ancienne.

C'est aux environs de 1880 qu'apparaît ce modèle de coiffe. Elle s'est portée dans une grande région autour de La Crèche car elle a eu beaucoup de succès jusqu'au début du XXe siècle.

Ce modèle de coiffe est ancien, il est apparu au début du XIXe siècle.

Une lingère de Latillé en Vienne, Malvina Girard , crée cette coiffe vers 1850. Elle sera portée jusqu'au début du XXe siècle.

Ce modèle de coiffe date du XIXe siècle.

Il s'agit d'une ancienne forme de coiffe dérivée de la cornette dont les barbes ont été relevées sur le sommet.

C'est une coiffe très populaire dont l'origine du nom est indéterminée, même si on a proposé plusieurs origines.

Ce n'est qu'à la fin du XIXe siècle qu'apparaît ce modèle de coiffe dans le Marais poitevin.

Il s'agit d'une coiffe d’importation dans le nord du Poitou.

Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour voir la dentelle caractéristique de ce modèle  transformer l'ancienne coiffure assez lourde que portaient les femmes du Confolentais.

Ce modèle de coiffe date de la fin du XIXe siècle jusqu'au début du XXe.

En 1889, une lingère donnera cette forme élégante à la Mothaise que porteront les femmes de la région jusqu'au début du XXe siècle.

Ce modèle de coiffe date de la fin du XIXe siècle jusqu'au début du XXe siècle

Ce modèle de coiffe date de la fin du XIXe siècle. Certains détails de la pose des éléments de cette coiffe permettent de la localiser. La mode de cette coiffe a été délaissée progressivement au profit de la Saintongeoise de Melle à l'ouest et du Cayon de Civray à l'est.

Elle a été à la mode dans la région de Mirebeau et Neuville du Poitou.

Le nom donné à cette coiffe trouve son origine chez les femmes habitant la forêt de l'Hermitain dont l'activité était de peler le bois des châtaigniers pour vivre.

Les Gâtinelles couvrent un très large territoire du centre des Deux-Sèvres tant leur élégance plaisait aux femmes.

À la fin du XIXe siècle, vers le Second Empire, les femmes de la région du cognac vont remplacer leur grand bonnet par cette élégante coiffe qu'elles vont pouvoir orner de dentelles et de soie.