La dentelle mécanique

Les premiers essais sont faits à Nottingham en Angleterre en 1768. Dès 1816, des Anglais installent des métiers Leavers à Calais. En 1830, on applique le système Jacquard à ces métiers, ce qui va permettre de réaliser de la dentelle véritable, dite de Calais, qui ne va cesser de se développer et de se perfectionner au cours du XIXe siècle. À Lyon, on utilise dès 1824 le système jacquard pour reproduire mécaniquement les motifs. En 1836, Ferguson réussit à imiter la dentelle de Chantilly qui prend le nom de dentelle de Cambrai.

 

Mécanique, type Valenciennes
Type Valenciennes
Mécanique, type Lille
Type Lille
Mécanique, type Paris
Type Point de Paris

La fausse dentelle

À Loudun, on fabrique une fausse dentelle qui imite les motifs de la dentelle au fuseau. Ce sont des broderies sur tulle qu'exécutent les femmes à la maison. Les modèles leur sont fournis. Avec du fil blanc, la brodeuse définit le contour du motif au point de reprise, puis elle brode l'intérieur au point de bourdon ou de feston. Ensuite elle relie les motifs entre eux par des roues ou araignées et découpe le fond. On retrouve cette fausse dentelle appelée aussi Tulle de Loudun sur les Câlines de Thouars.

 

Fausse dentelle, à dents
Fausse dentelle à dents
Fausse dentelle
Fausse dentelle
Fausse dentelle, tulle de Loudun
Tulle de Loudun