A l'aube du XXe siècle, alors que le parisianisme progressait, la mode de cette coiffe était à son zénith.

Les jeunes filles et la mariée en étaient inévitablement coiffées. Les modistes des villes (Civray, Couhé...) les produisaient, ce qui pourrait expliquer que la jeunesse rurale aimait encore s'en parer.

Descriptif et assemblage

La carcasse est composée de deux panneaux de carton cousus ensemble, de couleur rose à l'intérieur.  Le tout est surmonté d'un arceau métallique qui donne à la coiffe sa forme arrondie.

Carcasse
Carcasse en carton cousu rose
Arrondi
Le haut arrondi par un arceau métallique


Le fond en satin très finement paillé sur une grande hauteur est bordé d'une passe-plate cousue en bordure.
Une garniture de tulle brodée d'un petit plumetis mécanique pour faciliter le fin paillage est bordée d'une dentelle ruchée intégralement en gros paillage. Un toquet est posé à cheval tout autour du visage. Sa dentelle gaufrée est orientée à l'opposé de la ruche de garniture.

Paillage
Fin paillage de tulle brodé
Toquet
Dentelle ruchée et toquet


Le noeud réalisé à partir d'un astucieux pliage cousu au sommet de la coiffe, se termine par deux longs pans.
Un ruban cache-point torsadé est élaboré à partir d'une moitié dans le sens de la longueur.

Noeud
Le noeud plié en éventail
Pans
Les longs pans de la coiffe
Détail du ruban
Le ruban cache-point


La coiffe se pose sur les cheveux séparés en deux bandeaux chez les femmes assumées et sur les cheveux tirés ou bouffants chez les jeunes filles.