Des centaines de monuments arméniens du sud-est de l'Anatolie sont décrits dans ce livre savant, dont beaucoup en péril de dégradation. Dans les années 1970, Jean-Michel Thierry parcourt sans relâche ces territoires, dans des conditions difficiles, pour sauver de l'oubli ces pierres millénaires.

 

Au seuil du livre, l'auteur tient, en une sorte d'excuse, à préciser que son "étude ne peut être considérée comme un travail scientifique rigoureux au sens moderne du terme [..]. Il n'était pas question, en effet de faire des fouilles, ni même de s'attarder sur les sites où nous arrivions souvent tard, après des marches ou des chevauchées harassantes. Les autorités civiles ou militaires, inquiètes de notre activité, nous pressaient de partir quand elles ne nous refoulaient pas."

Modestie du scientifique, euphémisme du voyageur soumis à bien des tracasseries, le propos laisse deviner les immenses difficultés de la tâche, de (re)découvrir ce patrimoine arménien de Turquie laissé à l'abandon depuis des décennies, quand il n'a pas été détruit ou requis pour devenir là une grange, ici une maison d'habitation...

Celui qui, comme nous, a voyagé récemment dans ces régions, avec toutes les facilités de déplacement d'aujourd'hui, sait combien il est redevable à Jean-Michel Thierry, tant il est parfois difficile encore d'accéder à certains de ces lieux. Honneur de l'historien de l'art à parcourir le terrain, relever les motifs, photographier, évaluer l'état des lieux, en plus d'apporter sa propre connaissance des monuments eux-mêmes.

Le livre s'ouvre sur la description du territoire du Vaspurakan, autour et à l'est du lac de Van, puis sur une synthèse historique précise, de l'Ourartou jusqu'à nos jours, avec présentation de chaque dynastie, et même la liste des Catholicos d'Aghtamar. Le chapitre suivant présente de manière plus étoffée l'architecture elle-même : la typlogie des monuments, églises entières, jamatouns, portes, fenêtres, la grammaire ornementale des motifs et des figures.

Puis l'auteur déroule, région par région, les édifices un à un, avec une description du lieu et de son accès, une présentation historique, de l'architecture, de la décoration. Le tout est agrémenté de cartes, de plans, de dessins, et d'un ensemble de planches photographiques regroupées en fin d'ouvrage. Même si les photos sont en Noir et Blanc, elles sont un témoignage précieux de l'état de ce patrimoine au moment des visites.

 

Monuments arméniens du Vaspurakan

Jean-Michel Thierry

 

Institut Français d'Archéologie du Proche-Orient

Librairie Orientaliste Paul Geuthner (1989)

644 pages, 23 cm x 28 cm