Motif à l'araignée, ikat trame
Okinawa, Japon
Coiffe de deuil
Mazières sur Béronne
Visage
San Juan de la Pena (Aragon, Espagne)
Bestiaire au portail sud
Aulnay
Pua kumbu, ikat chaîne
Iban, Sarawak, Malaisie
Tissu de flammé, ikat trame
Charentes, France
Voussure du portail
Foussais
Les églises du monastère
Noravank d'Amaghou (Arménie)
Détail d'un khatchkar
Gochavank (Arménie)
Détail d'un sarong, ikat chaîne
Sikka, Flores, Indonésie
Panneau de soie, ikat chaîne
Boukhara, Ouzbékistan
Hinggi kombu, l'arbre à crânes, ikat chaîne
Kaliuda, Sumba, Indonésie
Il n'y a jamais...
Poème (Rémy Prin)
Détail d'une robe, ikat chaîne
Urgut, Ouzbékistan
Carré du marais
St-Hilaire la Palud
Nous tentons...
Poème (Rémy Prin)
Fresques de l'abside
Kobayr (Arménie)
Saintongeoise
Détail de la coiffe

Ce qui a duré
dans la mémoire des hommes,
ce qui fait culture,
paysages de la terre
ou pays de l'esprit,
ce qui peuple le voyage,
les vies, la plénitude,
le patrimoine, ce n'est rien
que ce lien fragile
de ce que nous sommes
à ce que nous devenons.

Vulnérables

Plus d’un an que des vagues de virus tournoient dans nos têtes, saturant l’espace et nos échanges et toute parole commune.

Qu’est-ce qui fait changer le monde ? Un avant et un après, dit-on. Un révélateur de ce qui était en germe, dit-on encore, première marche d’une menace globale bien plus terrifiante à laquelle on ne croit toujours pas vraiment. Le sentiment d’un château de cartes qui tremble et bientôt va s’effondrer, et celui tout aussi prégnant d’un aveuglement face à ce qui vient. Les affaires, n’est-ce pas, doivent continuer, tout comme le spectacle – divertir, c’est détourner.


Moments confinés qu’on vit comme des parenthèses, tout va reprendre, on va recoudre l’ancien monde, celui de l’insouciance et du gâchis, de la destruction de ce par quoi on vit, la terre et les cultures engendrées par l’aventure humaine.


Cette aventure bientôt régie par des algorithmes, écrans, capteurs partout autour de nous, sur nos corps, en eux bientôt, pour des injonctions plus autoritaires. C’est la sécurité, l’efficacité, le temps gagné. L’humanité s’efface, qui tissait un lien ténu entre les êtres, cet enchantement de l’échange se défait. L’humanité s’annihile elle-même, tout en douceur lente, sous les belles images qu’on invoque toujours, les valeurs auxquelles on ne croit pas plus que l’horreur à venir. Belles images, belles phrases, dévoyées infiniment de cet élan qu’elles devraient créer. L’humain s’efface, la croissance et l’argent n’ont plus besoin de lui, sauf pour ce qu’il achète.


Plus d’un an que se dévoile à pas rapides cette vulnérabilité dans nos vies, l’incohérence de ce qu’on met en œuvre pour vivre ensemble. Mais c’est sûr, tout va recommencer, on va verdir l’économie, rouvrir tous ces espaces de fête où les corps se consomment, se consument dans l’oubli.

Écriture Avril 2021

1000 caractères restants