La terre est nue souvent la terre appelle d'un cri lointain sur elle répandu

La terre atteinte j'entends ses pas transis j'entends craquer les lézardes du jour

Est-ce bien ce soir nous sommes serrés devant le feu imaginaire

Nous parlons du pays, des voyages, de l'éclat du bonheur,

Des mots brisés chez ces gens de l'autre soir en Charente

Et du silence ici de la joie devant l'herbe du soir

 

 

O mes amis vous souriez vos mains sont nues comme les miennes, à peine ce signe des doigts qui nous reste

Nous foulons la terre dans les villages ouverts à midi

Nous écorchons de notre sang les arbres la misère du monde

Est-ce bien ce soir, ce chemin, ces seuils de maisons abandonnées

Est-ce bien la nuit qui pèse

Comme les pierres au mur défait