Voussure du portail
Foussais
Saintongeoise
Détail de la coiffe
Hinggi kombu, l'arbre à crânes, ikat chaîne
Kaliuda, Sumba, Indonésie
Détail d'un sarong, ikat chaîne
Sikka, Flores, Indonésie
Il n'y a jamais...
Poème (Rémy Prin)
Nous tentons...
Poème (Rémy Prin)
Tissu de flammé, ikat trame
Charentes, France
Bestiaire au portail sud
Aulnay
Visage
San Juan de la Pena (Aragon, Espagne)
Carré du marais
St-Hilaire la Palud
Coiffe de deuil
Mazières sur Béronne
Détail d'une robe, ikat chaîne
Urgut, Ouzbékistan
Détail d'un khatchkar
Gochavank (Arménie)
Motif à l'araignée, ikat trame
Okinawa, Japon
Pua kumbu, ikat chaîne
Iban, Sarawak, Malaisie
Fresques de l'abside
Kobayr (Arménie)
Les églises du monastère
Noravank d'Amaghou (Arménie)
Panneau de soie, ikat chaîne
Boukhara, Ouzbékistan

Ce qui a duré
dans la mémoire des hommes,
ce qui fait culture,
paysages de la terre
ou pays de l'esprit,
ce qui peuple le voyage,
les vies, la plénitude,
le patrimoine, ce n'est rien
que ce lien fragile
de ce que nous sommes
à ce que nous devenons.


Jean-Marie Bréhier lit ici un fragment d’un instantané du livre, qui introduit le chapitre consacré aux réseaux d’aujourd’hui. Les instantanés sont de courts textes avant chaque chapitre, d’une écriture plus fluide et sensible, traces de mémoire personnelle, scènes vécues en rapport avec les thèmes développés dans l’ouvrage. Nulle écriture n’est neutre vraiment, et ces instantanés scandent le livre, pour qu’on ne l’oublie pas.


Mais la majeure partie de l’ouvrage est explicative et fait appel à de nombreuses sources et lectures. L’ensemble est illustré de 125 visuels : chaque image, en plus de sa légende, est commentée en suffisance pour qu’on puisse la situer précisément dans le contexte du livre.

 

 

Consulter les autres séquences découvertes :

1 La thématique du livre 2 Premières images et anciens récits 3 L’image sacrificielle et le textile comme bonne gouvernance
 4 Le textile dans l’image et l’image dans le textile  5 Renouveau du textile / Le textile sans le dire  6 Textile et réseaux
7 La textilité  La quête créative entre tapisserie et peinture  Elle est assise… ou le livre et son écriture

Peut-on mettre en œuvre en même temps le textile et l’image ? C’est ce que fait Mireille Veauvy dans son travail de création, qui dans l’apparence met en scène de simples paysages, mais dans une approche mêlée de la peinture et du tissage qui fait résonner les différences.
Rémy Prin s’est entretenu avec elle en mai 2020, dans son atelier. Les extraits audio de cet entretien révèlent le processus de création et les allers retours de l’image au textile. Pastilles musicales : Saying Goodbye In The Rain, par Jelsonic, CC 4.0.



Mireille Veauvy, Le murmure des blés
Mireille Veauvy, Le murmure des blés, tapisserie et peinture, 53 x 75 cm, 2018
Mireille Veauvy, étude pour le murmure des blés
Mireille Veauvy, étude pour Le murmure des blés

 

Consulter les autres séquences découvertes :

1 La thématique du livre 2 Premières images et anciens récits 3 L’image sacrificielle et le textile comme bonne gouvernance
4 Le textile dans l’image et l’image dans le textile 5 Renouveau du textile / Le textile sans le dire  6 Textile et réseaux
7 La textilité  La quête créative entre tapisserie et peinture  Elle est assise… ou le livre et son écriture

À l’issue du parcours entre textile et image, quelle pensée positive ? Courte conclusion sur la textilité, cette notion introduite par l’anthropologue Tim Ingold, qui nous induit à être à l’écoute du réel, à dialoguer avec lui, plus qu’à vouloir le dominer.

 

 

Consulter les autres séquences découvertes :

1 La thématique du livre 2 Premières images et anciens récits 3 L’image sacrificielle et le textile comme bonne gouvernance
4 Le textile dans l’image et l’image dans le textile 5 Renouveau du textile / Le textile sans le dire  6 Textile et réseaux
7 La textilité  La quête créative entre tapisserie et peinture  Elle est assise… ou le livre et son écriture

Nos réseaux se disent de mots textiles, le web, c’est la toile, le net, c’est le filet. Au-delà des mots, la modélisation des systèmes est en parenté avec une approche textile, plus ouverte et moins centrée que les anciennes approches hiérarchiques. L’ancêtre de l’ordinateur, le Moteur Analytique de Charles Babbage en 1830, s’inspire directement du métier à tisser de Jacquard inventé en 1805 : le textile a nourri la naissance de l’informatique.


Nos réseaux d’aujourd’hui mettent en jeu, dans leur conception, des modèles d’assemblage proches du textile, mais cette conception reste invisible et opaque à la plupart. Les utilisateurs subissent les rouages du logiciel, rouages qui le plus souvent mettent en avant les phénomènes mimétiques au détriment d’une approche plus raisonnée ou cognitive.

 

 

 

Consulter les autres séquences découvertes :

1 La thématique du livre 2 Premières images et anciens récits 3 L’image sacrificielle et le textile comme bonne gouvernance
4 Le textile dans l’image et l’image dans le textile 5 Renouveau du textile / Le textile sans le dire  6 Textile et réseaux
7 La textilité  La quête créative entre tapisserie et peinture  Elle est assise… ou le livre et son écriture

À la suite de Jean Lurçat, qui tente de rénover la tapisserie en France, puis contribue à la création des biennales de la Tapisserie à Lausanne, tout un mouvement international de création, qu’on a nommé le Fiber Art, se développe, qui prend en compte le textile pour lui-même dans le champ de l’art. Mouvement qui, aux dires de certains, se serait terminé par une impasse.


De leur côté, des peintres, à la même période, comme Claude Viallat, Simon Hantaï ou François Rouan, redécouvrent la gestuelle textile, sans le dire.

 

 

 

Consulter les autres séquences découvertes :

1 La thématique du livre 2 Premières images et anciens récits 3 L’image sacrificielle et le textile comme bonne gouvernance
4 Le textile dans l’image et l’image dans le textile  5 Renouveau du textile / Le textile sans le dire  6 Textile et réseaux
7 La textilité  La quête créative entre tapisserie et peinture  Elle est assise… ou le livre et son écriture

Aux commencements de l’art, dans la Toscane du XIIIe siècle, ceux qu’on va nommer les artistes prêtent une attention forte aux motifs textiles qu’ils figurent dans leurs peintures, malgré les difficultés techniques de représentation. Ceci s’évanouit au début du XVIe siècle.


Le textile va rester présent dans le champ artistique à travers la tapisserie, qui se développe à compter du XIVe siècle. Mais son équilibre visuel initial textile / image va laisser place à un envahissement de l’image, en multipliant le nombre de couleurs : la tapisserie va chercher à se faire de plus en plus peinture.

 

 

 

Consulter les autres séquences découvertes :

1 La thématique du livre 2 Premières images et anciens récits 3 L’image sacrificielle et le textile comme bonne gouvernance
 4 Le textile dans l’image et l’image dans le textile  5 Renouveau du textile / Le textile sans le dire  6 Textile et réseaux
7 La textilité  La quête créative entre tapisserie et peinture  Elle est assise… ou le livre et son écriture

L’exemple de Çatalhöyük comme “ première ville ” permet de situer l’émergence d’un nouveau rôle de l’image, lié aux origines sacrificielles, où les hommes désormais sont présents : c’est le progrès de la représentation qui naît, et qui relie l’image au mimétisme.


Chez les Grecs, on retrouve dans l’Iliade le clivage entre la violence masculine et le textile féminin. Après l’invention de la théorie et de la philosophie, on garde mémoire de la positivité du textile, chez Platon et Aristophane notamment, mais seulement comme une métaphore illustrant la pensée.

 

 

 

 

Consulter les autres séquences découvertes :

1 La thématique du livre 2 Premières images et anciens récits 3 L’image sacrificielle et le textile comme bonne gouvernance
 4 Le textile dans l’image et l’image dans le textile  5 Renouveau du textile / Le textile sans le dire  6 Textile et réseaux
7 La textilité  La quête créative entre tapisserie et peinture  Elle est assise… ou le livre et son écriture

L’homme est absent des premières images paléolithiques, il ne va investir l’image qu’ensuite, au Néolithique. Le parcours des anciens récits mythiques, textile et image, occupe un chapitre entier du livre, mais ce thème mériterait une recherche entière.


Dans ce parcours, on est surpris parfois de retrouver un récit de la fondation, bien proche de notre Genèse biblique, mais qui l’étend, pour que la vie humaine vienne sur le monde, à la nécessité de l’image (pôle masculin de la création) et du textile (pôle féminin) ensemble. Statistiquement dans les sociétés, le textile est une occupation à dominante féminine, et la violence rituelle, parente de l’image, une occupation masculine.

 

 

 

Consulter les autres séquences découvertes :

1 La thématique du livre 2 Premières images et anciens récits 3 L’image sacrificielle et le textile comme bonne gouvernance
 4 Le textile dans l’image et l’image dans le textile  5 Renouveau du textile / Le textile sans le dire  6 Textile et réseaux
7 La textilité  La quête créative entre tapisserie et peinture  Elle est assise… ou le livre et son écriture

Le textile et l’image, cela peut sembler un sujet restreint. Le livre fait pourtant un large parcours, des sociétés premières à la préhistoire, puis l’histoire occidentale, en tentant de confronter le modèle de l’image, largement dominant en Occident et maintenant dans la globalisation culturelle, avec celui du textile, pôle fondateur dans les sociétés premières et aujourd’hui sans quasiment de signifiance culturelle.


Tim Ingold, qu’on cite dans l’entretien, est un des rares anthropologues à avoir compris la pertinence contemporaine du textile, qu’il développe dans son livre Marcher avec les dragons (Zones sensibles, 2013), au chapitre La textilité de la fabrication.

 

 

Consulter les autres séquences découvertes :

1 La thématique du livre 2 Premières images et anciens récits 3 L’image sacrificielle et le textile comme bonne gouvernance
 4 Le textile dans l’image et l’image dans le textile  5 Renouveau du textile / Le textile sans le dire  6 Textile et réseaux
7 La textilité  La quête créative entre tapisserie et peinture  Elle est assise… ou le livre et son écriture