Vers le nord-ouest, ce sont les terres désolées qui frappent le visage, des lieux de mémoire hantés par l'absence, par une sorte de dénuement implacable qu'aurait construit le temps.

C'est donc gorge serrée qu'on parcourt le patrimoine ici, du défi d'Ererouk aux coupoles vides d'Aroutch ou de Talin. Inextricables liens de la mémoire, de la destruction, de la résistance, de l'espoir des vies.

 

Vers Maralik
Le monastère des anges, qui s'efface dans la terre