Partir vers le sud de l'Arménie, au long de la seule grande route qui la relie à l'Iran, est une expérience unique. Prise de conscience de la "minceur" du territoire, et pourtant de ce périple sans fin qui vous mène vers un au-delà qui vous semble toujours fait de paysages plus vastes, plus intenses, plus inaccessibles aussi, comme ce voisinage de l'Ararat à portée de regard si souvent et qu'on n'atteindra jamais...

Expérience du désir de l'ailleurs, qu'on vit peu à peu dans la chair des jours comme inépuisable, tant plus loin cela parait encore plus immense, plus lumineux, plus en rapport avec nos plus vastes rêves.

 

Au-dessus de Vernashen
Dans la montée vers Spitakawor