Dans la province de Siounie, au sud-est de la ville de Goris, Tatev domine les impressionnantes gorges de la rivière Vorotan. Haut lieu de culture autrefois, signe exceptionnel d'architecture et de patrimoine, Tatev est aussi hors du commun par son site.

 

• Eglise de la Mère de Dieu (1087)

• Eglise Sts Pierre et Paul (895)

• Eglise St-Grégoire (1295)

 

L'église de la Mère de Dieu

Porte ouest, détail sculpture sur bois Cette église est construite curieusement au-dessus du porche d'entrée du monastère.

Le tambour comporte des arcatures et au-dessus des petites fenêtres, les frises ressemblent à certaines des églises romanes du sud-ouest de la France.

Tambour vu d'en bas
Frise au-dessus d'une fenêtre

 

L'église des Saints Pierre et Paul

Vue partielle du tambour et de la coupole en ombrelle Tambour et coupole vus de l'ouest. Le clocher du XIXe au premier plan
Détail porte ouest
La coupole et son espace

Malgré l'ajout d'un clocher en avant de la façade ouest, à la fin du XIXe siècle, qui en rompt les proportions, ce bâtiment garde une prégnance architecturale peu commune. Cela tient à la hauteur du tambour qui, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, crée une ampleur d'assise et une élancée dynamique à la fois.

 

L'église St-Grégoire et le mausolée de Grégoire de Tatev

Mausolée de Grégoire de Tatev, côté ouest Au sud du monastère, près de l'église St-Grégoire, le mausolée de Grégoire de Tatev rappelle la mémoire de cet homme de culture, philosophe, enseignant, miniaturiste, qui développa ici l'université.
Mausolée, côté sud
Colonne de la Trinité (début du Xe siècle) Eglise St-Grégoire, fenêtres du chevet, de l'intérieur
L'église St-Grégoire n'est éclairée que par deux fenêtres petites et un oculus à l'est, signes modestes qui dans l'obscurité prennent une présence accrue.

Dans la cour à côté, une colonne de huit mètres de hauteur, porte un cadran solaire et des croix sculptées. Reposant sur une cavité concave, elle était censée, par ses oscillations, détecter les tremblements de terre.