Nous partons vers le Nord, par une large vallée de prairies que les hommes fauchent à la main dans les hauteurs.

La route s'élève, mais bientôt nous voici dans le tunnel tout récemment inauguré et dont Achot est visiblement fier. "Ça évite tous les lacets..." Ça évite aussi le panorama sur l'Arménie des forêts où nous entrons. De plain pied donc parmi les sapins au sortir du tunnel. Montagnes plus douces, presque familières, - on est ici dit-on, dans la "Suisse Arménienne" - nous descendons vers Dilidjan.

"Que voulez-vous voir à Dilidjan ?

- La ville, les maisons, et j'ai vu sur Internet qu'il y a un musée.

- Un musée ??"

Stupéfaction de Sona, je lui tends les pages web imprimées en France.

En montant vers le centre ville un peu plus tard, au carrefour, la pancarte "Museum" face à nous. Achot s'arrête. "Ce doit être fermé" dit Sona, et les hautes herbes dans la cour d'entrée me font penser comme elle. Personne pour l'instant. Dans la rue, une femme propose ses fruits et légumes. Sona questionne, explique. Finalement, quelqu'un viendra au musée à onze heures.